Emménager dans une nouvelle ville – l’action

Petite intro

Qu’est-ce qui se passe dans notre tête quand on s’apprête à changer de vie, à changer de ville ? Comment on s’y prend ? Qu’est-ce que l’on peut gérer et organiser ? Et au contraire, sur quoi est-ce que l’on n’a pas prise ?

J’ai donc rédigé une série d’articles sur l’avant, le pendant et l’après. J’essaie d’aborder ce sujet parfois angoissant, parfois euphorisant. Je vais tenter de vous apporter un début de réponse, des pistes pour vous détendre et des idées pour prendre ce changement avec le plus de joie possible !

Note : Je m’appuie sur ma propre expérience dans un contexte précis.

Je voulais partir vivre dans une ville que j’avais choisie auparavant, et je m’étais donné 6 mois pour trouver un job, puis un appartement. Je pouvais être logée chez un membre de ma famille dans un premier temps. Ce contexte n’est pas forcément le vôtre, il y a des tas d’autres possibilités. La plupart des conseils que j’ai tirés de mon expérience sont cependant applicables à d’autres contextes.

Par quoi on commence ?

Que votre priorité soit la recherche de job ou d’appartement, lisez ce petit conseil pour commencer : essayez d’avoir un point de chute prêt à vous accueillir rapidement. Renseignez-vous du côté des Airbnb, Auberges de Jeunesse (qui n’hébergent pas que les jeunes non non), groupes facebook, couchsurfing, etc. Ça peut toujours dépanner comme solution temporaire.

Si vous n’avez pas à chercher de job dans cette future ville, vous vous focaliserez sûrement plus sur la recherche d’appartement, et vous pouvez passer directement au point suivant.

Recherche de job

Tout d’abord, premier conseil pour votre CV : une adresse locale, même fausse, vous facilitera grandement la tâche pour obtenir des réponses positives à vos candidatures. Je dis ça, je dis rien.

Ensuite procédez par étape. On pense souvent que notre cas est particulier, « atypique » et qu’on peut zapper des étapes, mais dans 99% des cas, non. Et on a perdu du temps, finalement. Alors oui votre cas est différent des autres, mais il y a rarement deux projets et deux profils identiques, c’est impossible. Cela ne veut pas dire que ce plan que je vous propose ne peut pas fonctionner pour vous. Il est adapté à tous, pour le marché de l’emploi en France, actuellement (2018 donc). J’ai une petite expérience de conseillère en insertion professionnelle, c’est d’ailleurs mon job actuel, mon dernier job. Non, je ne bosse pas à Pôle emploi. J’aurai sûrement l’occasion de développer certains points dans de prochains articles, mais pour le moment on va reprendre les bases. Basique, simple.

 

1 – Définissez votre profil : Vos compétences, vos secteurs d’activités, vos expériences, vos atouts… bref votre CV, mais potentiellement plus approfondi.

2 – Définissez votre projet : Ce que vous voulez faire de tout ce que vous avez détaillé dans le 1°, et ce que vous ne voulez pas ou plus faire, vos critères de sélection pour le job que vous recherchez et un classement de ceux-ci par ordre de priorité.

3 – Étudiez le marché de l’emploi local : selon le secteur géographique que vous avez défini, les secteurs d’activités, les métiers ou compétences en tension (pénuries = beaucoup d’offres peu de bons candidats), les métiers à cibler ou à définir…

4 – Positionnez-vous : Adaptez votre profil et votre projet à ce marché, retravaillez votre CV et votre modèle de lettre de motivation, et s’il vous plaît, per-son-na-li-sez !

5 – Prospectez et candidatez : veille sur plusieurs job-boards, alertes mails, CV en ligne, réponses à offres, prospection téléphonique, candidatures spontanées, relances, suivi des démarches pour adapter celles-ci en fonction de leurs efficacités…

6 – Réseautez : Cela pourrait aussi s’insérer en 2° ou 3° (mais surtout pas en 1° !). Créer, développer et activer son réseau, c’est très important. Et si ce n’est pas facile quand on part de… rien, cela deviendra de plus en plus évident. A Lyon, par exemple, c’est complètement incontournable.

Recherche de logement

Il faisait froid, il pleuvait, il y avait une grève des transports en commun, je mettais 1h à traverser la ville en sous-sol tous les jours, matin et soir. C’était la routine métro-boulot-dodo. Partir au lever du jour, rentrer après la nuit tombée. Ne pas voir la ville, ne pas sortir, être seule le soir sur le canapé convertible, ne pas trouver l’appartement désiré. Finir par me demander comment j’allais faire pour me loger, si ce n’est en ne mangeant plus jamais autre chose que des pâtes. J’adore ça, mais quand même. Le salaire qui me paraissait si alléchant, si prometteur pour tellement de loisirs s’avérait peu adapté à mes envies et mes besoins en termes de logement.

Définir un budget avec une règle bien connue : 1/3 du salaire net

Ne faites pas la même erreur que moi et faîtes votre budget consciencieusement avant de discuter salaire et de vous emballer. Ensuite, pour éviter les frais d’agence, tout le monde connaît leboncoin je présume. La patience, la réactivité et la disponibilité feront le reste. Créer des alertes mails, soyez rapide, soyez disponible.

Hum, il vous sera aussi très utile d’avoir un dossier tout prêt contenant les documents demandés (toujours les mêmes, car c’est réglementé) et de bons garants si besoin (ou si vous êtes dans une ville de riches comme Lyon ahah). Si vous n’avez pas de garants, votre banque peut faire l’affaire, et il existe des aides (Loca_pass ou AFL actuellement). Renseignez-vous :). Si on vous demande les papiers de votre véhicule, une mise en gage (anecdote véridique), 3 mois de loyer, ou que sais-je encore, fuyez ! C’est complètement illégal et abusif. Bientôt ces &:/!§*$ propriétaires (catégorie minoritaire j’espère) vont vous demander un rein, pénard.

Un dossier prêt, un oeil sur les petites annonces et un agenda open !

Bien sûr, j’ai fini par trouver un petit appart tout mignon de 30 m2, tout blanc et intelligemment agencé. Mais il me coûtait presque la moitié de mon salaire. Ça n’allait pas être facile, mais je n’avais rien trouvé de correct en dessous de ce prix. J’avais 27 ans et j’avais déjà vécu dans de grands appartements…

Je ne me voyais plus dans un microscopique studio (avec l’option miteux et sombre parfois). Je reconnais le courage qu’ont ceux qui résistent et vivent dans ce genre de logement jusqu’à 35 ans, ou plus. Je ne voulais pas être en colocation non plus, j’en ai déjà fait l’expérience. J’aime trop mes moments calmes et supporte assez mal la saleté des autres pour bien vivre ce type d’expérience plus de quelques semaines. En vacances ok, mais à l’année, non merci. Si cela vous convient tant mieux. Peut-être que votre priorité est plutôt dans la localisation en hyper centre ou dans un quartier coup de cœur ? ou dans le fait de profiter d’un grand appartement ? ou dans le fait de rencontrer des gens dans une grande coloc’ ?

Personnellement, je ne venais pas à Lyon non plus pour vivre loin de tout, au bout d’une ligne de tram, en périphérie. Chaque lieu de vie a ses avantages et ses inconvénients, et je savais ce que je voulais et ce que je ne voulais pas. Et suite au prochain et dernier épisode…

Pour le prochain article, bien que l’on puisse croire que j’ai fait le tour du sujet, je vous parlerais de ce qui est le plus important selon moi. Car, même sans être malheureuse, c’est la partie qui a été la plus difficile pour moi, et c’est peut-être celle dont je parle le mieux. L’après, ce sont les choses qui font que l’on reste dans une nouvelle ville. Une fois que le confort matériel minimum est assuré, il faut vivre d’une nouvelle façon, tout réapprendre peut-être.

Et vous, ça vous fait quoi, de démarrer une nouvelle vie ? d’emménager dans une nouvelle ville ? Vous vous retrouvez dans mes problèmes de décision pour choisir un appart’ ? Vous voulez plus de conseils sur la recherche d’emploi ? Team #paniqueabord / #quedubonheur / #çadependdesjours ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *