La meilleure arme écologique

« Le savoir est ta meilleure arme » 

Après une semaine sur Instagram, composée de différents post sur notre façon de consommer, je voudrais conclure avec un texte un peu plus long et je passe sur le blog. Si vous n’avez pas tout suivi, j’ai publié du 25 au 29 novembre 2019.

Je sais que tout ça peut sembler « beaucoup », moralisateur, trop dur à mettre en place, trop radical, etc. En réalité, quand on ressent cette moralisation, c’est que l’on se sent attaqué, remis en question trop violemment. Cela ne dépend pas de notre interlocuteur, mais seulement de nous. C’est notre réalité, je ne la remet pas en question. Mais ce qui provoque cette impression chez nous, c’est l’écart trop grand entre les propos de notre interlocuteur et notre état actuel. On se sent démuni. En l’occurrence, notre niveau d’implication, d’engagement et nos actions concrètes de consommation sont très éloignées de ce que notre interlocuteur nous raconte.

Je suis passée par là, je passe encore par là. Il faut savoir que petit pas par petit pas, je raisonne et réfléchis à ma consommation depuis 3-4 ans peut-être. C’est long… Il faut savoir que j’ai travaillé à(chez) MacDonald’s et mangé de la viande 3 fois par jour, j’ai fait mes courses au/chez Lidl pendant des années, acheté trop de vêtements de fast-fashion durant les 9/10èmes de ma vie, et j’ai même commandé un manteau sur un site chinois qui s’est avéré avoir un col en (véritable) fourrure !! Entre autres.

Et puis j’ai fait des petits pas, au fur et à mesure. 

J’ai appris avec un article par-ci, une discussion par-là, un post instagram ici et un reportage tv là. On ne peut pas tout savoir d’un coup. Enfin… On peut engranger beaucoup de connaissances en quelques semaines, mais dans la durée (et dans la réalité) on a tous besoin d’un temps de digestion, d’assimilation, de mûrissement… avant de passer à la prochaine étape. Et il n’est vraiment pas productif de ressentir un grand sacrifice quand on change nos habitudes, cela ne tiendra jamais sur la durée. C’est comme les régimes. 😉

Chacun est libre d’avancer à son rythme, de faire sa part de colibri. La seule chose qui serait criminelle, c’est de savoir, de ne rien faire du TOUT et de volontairement s’enfoncer dans le déni en cherchant quelle théorie du complot pourrait nous conforter dans notre bêtise. La peur fait faire des choses terrible à l’être humain…

Car, OUI nous avons tous, individuellement, un grand pouvoir, et NON cela ne suffit pas. En tant que consommaCteurs, nous avons dans notre porte-monnaie des bulletins de vote. En achetant quelque chose on soutient une entreprise et un système. En achetant pas/plus/moins, également. On parlera grandes entreprises et politique un autre jour, hein. 

Et pourquoi moi, je ferais des efforts et pas les autres ? En fait, les autres aussi font des efforts, en général, mais peut-être pas les mêmes que moi. Pourquoi ne pas en discuter ?

Alors si j’ai un seul conseil après tout ça, c’est : ne pas se contenter d’avoir une idée approximative de son impact écologique et faire ses recherches et ses calculs soi-même, en gardant en tête que c’est normal que cela prenne du temps. Un changement après l’autre.

Je suis actuellement un mooc Zéro Déchet et je me rends compte que j’ai beaucoup progressé en 1 an. J’ai aussi retenu un autre conseil que je vous partage :

Commencez par tester ce qui vous fait envie !

Si ce n’est pas la lessive maison, ce sera peut-être le nettoyant multi-usages au vinaigre, ou la brosse vaisselle ? Si ce ne sont pas les marques de vêtements éthiques, ce sera peut-être Vinted ou les friperies ? Si ce n’est pas d’arrêter les supermarchés, ce sera peut-être d’arrêter les surgelés, les plats préparés ou de diminuer les livraisons ?

La culpabilité est si lourde à porter.

Face à elle on a deux solutions. 

La première : la renier, la refuser, l’envoyer bouler et se trouver des excuses pour ne pas se remettre en questions.

La seconde : l’accepter et chercher un moyen concret (donc pas une excuse…), une action à notre portée pour alléger cette culpabilité.

Vivre en phase avec ses valeurs sans s’auto-flageller. Avancer à son rythme. Si vous saviez la satisfaction que l’on peut tirer de tout ça….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *